Acro-city : Travaux en hauteur d’accès difficile

Samuel Van Ael, aujourd’hui gérant d’une société, exerce une activité peu commune. Lancée, il y a un peu plus de 15 ans, son entreprise de travaux en hauteur, Acro-city, est spécialisée dans les accès difficiles.

En effet, par une méthode alpine, la descente en rappel sur corde, Samuel Van Ael effectue des travaux de maintenance et de constructions neuves particulières. Grâce à un matériel de protection, baudrier et harnais, Samuel et ses employés accèdent à des toitures difficiles, des clochers d’église ou encore des façades d’immeubles.

Petite immersion dans cet univers très particulier.

Un choix de carrière original

Après avoir cherché pendant quelques temps vers quel métier il pourrait s’orienter, Samuel Van Ael tombe sur un reportage à la télévision. Un jeune homme sur corde s’emploi à couper un arbre à plusieurs mètres du sol. Cette vision résonne en lui comme une évidence, il y voit tous les ingrédients qu’il espérait inconsciemment dans son futur métier. Adrénaline et challenge sont au rendez-vous, deux éléments inscrits dans l’ADN de Samuel.

« Je savais qu’il y avait quelque chose de particulier dans ce métier. Quelque chose qui correspondait à ce que je sentais intuitivement comme être mes capacités, mon potentiel. »

Quelques temps plus tard, lors d’un voyage dans les montagnes françaises, Samuel passe, par hasard, devant un centre d’apprentissage. L’image de cet homme travaillant à plusieurs mètres du sol refait surface, il décide de s’inscrire immédiatement et entame une longue formation.

Après avoir travaillé plus de 5 ans en France, il revient à Bruxelles où il décide de lancer sa société et se mettre à son compte.

« Je suis revenu à Bruxelles et j’ai constaté que mon activité était très peu développée et qu’aucune entreprise ne proposait ce service. J’ai décidé de lancer mon affaire et elle a fonctionné. »

Une activité hors-norme

Afin de pratiquer cette activité particulière, Samuel Van Ael doit non seulement maîtriser les techniques de corde mais il doit également pouvoir effectuer tous les travaux pour lesquels il est appelé.

Pour accéder à son lieu de travail hors du commun, Samuel et son équipe prennent l’ascenseur jusqu’au niveau le plus haut de la structure en question. Arrivés au point culminant de l’édifice, ils attachent des cordes et descendent en rappel jusqu’au point sur lequel il faut travailler.

« Il s’agit d’une technique proche de celle utilisée en spéléologie. Mais pour pouvoir exercer ce métier, il faut se lancer dans une longue formation. Car après avoir maitrisé toutes les techniques de corde comme la mise en place et l’installation du chantier, les déplacements, il faut acquérir les connaissances nécessaires au bâtiment. Ce genre de connaissances ne peuvent s’acquérir en moins de trois ans de formation. »

Des interventions exceptionnelles

Dans le cadre de son activité, Samuel a pu intervenir dans toutes sortes de situations. Mais certaines missions ont été plus marquantes que d’autres et ont laissé en lui un souvenir impérissable.

« Un jour, nous somme intervenus dans le four crématoire d’un incinérateur de déchets à Bruxelles. Nous devions nous occuper de la maintenance de ce four. Nous sommes descendus par le haut avec comme seul éclairage nos torches frontale. Nous avons par la suite fait tomber toutes pierres réfractaires qui n’adhéraient plus à la paroi du four. On les voyait s’écraser sur un lit de braises incandescent. C’est une image que je n’oublierai jamais. »

Car oui, dans ce genre de métier, le danger est présent à chaque intervention. Samuel et son équipe sont appelés dans des endroits où très peu d’individus ont accès, ce qui contribue à l’aspect fantastique de ce métier.

Mais pour tous ses employés, il s’agit d’un métier enrichissant. En effet, au cours de la même semaine, ils n’ont jamais à faire deux fois la même chose. Toiture, électricité, charpente métallique, ardoise ou encore soudure, il s’agit de métiers très différents les uns des autres mais que doivent pouvoir maitriser l’équipe de Samuel.

Un magnifique projet

Au cours de sa carrière, Samuel a pu intervenir sur des projets plus époustouflants les uns que les autres.

Mais il en est un qui lui tient particulièrement à cœur : celui d’une cabane en hauteur.

En effet, il y a quelques années, pour le compte d’une entreprise, Samuel construit une cabane suspendue dans les arbres à plusieurs mètres de hauteur. Il s’agit d’un petit duplex dans les Ardennes qui peut accueillir jusqu’à deux personnes.

« Pour moi, c’est une expérience assez extraordinaire parce que nous sommes partis de zéro, nous n’avions aucune notion pour ce genre de construction. On s’est lancé et on l’a fini. C’est un endroit fantastique avec une vue à couper le souffle et peu de bruit. Il y a un côté magique quand on entre dans la cabane, on ressent une zénitude qu’on ne rencontre pas au sol. »

Bien qu’il s’agisse d’une société peu commune, l’aspect comptable est tout aussi important que pour les autres. Pour s’aider, Samuel Van Ael a choisi ODB.

« Je suis très satisfait d’ODB. Raphaël Defrenne est un de mes amis. Il m’a donné les meilleurs conseils que je puisse avoir en termes de gestion. Quand il est arrivé, il m’a demandé de le laisser s’occuper de ma TVA, de ma gestion. Il m’a dit : Occupe-toi de ce que tu sais si bien faire et moi j’en ferai autant. Cette phrase a tout de suite fait écho en moi. »

Vous souhaitez avoir l’esprit libre pour consacrer toute votre énergie à bâtir ou développer votre entreprise ? Les experts d’ODB sont vos alliés pour affronter l’économie en mouvement dans laquelle nous vivons.🚀

Contactez-nous maintenant :

Par l’envoi de notre formulaire de contact, vous nous accordez le droit de stocker vos informations personnelles dans la base de données de ODB. Ces informations ne seront utilisées que pour répondre aux demandes que vous avez exprimées dans notre formulaire de contact et pour vous envoyer nos newsletters. Aucune information à votre sujet ne sera divulguée à un tiers. Vous aurez toujours la possibilité de vous désinscrire de notre liste d’emailing en sélectionnant l’option « se désinscrire » disponible en bas de newsletter.