F’usness : The Business way to Fusion your Success

fusness odbIl s’agit là de la promesse de Michael Godfriaux et son associé à toutes leurs parties prenantes. Créée il y a plus de douze ans, F’usness est passée par plusieurs phases avant de devenir la forte société qu’elle est aujourd’hui.

Rencontre avec Michael Godfriaux, fondateur et CEO de F’usness qui nous brosse le portrait d’une société qui n’a cessé d’évoluer au fil du temps.

Le départ d’une longue aventure

« Nous avons créé F’usness avec comme objectif initial de faire de la consultance d’accompagnement de management et de communication. Par la suite, nous avons beaucoup évolué et nous sommes passés par différentes phases. »

Voilà comment Michael Godfriaux et son associé ont lancé leur société en octobre 2009. A cette époque, ils ne se doutaient pas des différents tournants par lesquels allait passer F’usness.

Dès le départ, le projet de Michael connait une expansion incroyable. F’usness travaille avec de grandes entreprises et occupe un siège social à Bruxelles assez important au sein d’un business center. En quelques années, la société se développe et emploie pas moins de 12 employés. Petit à petit, la société de consultance décroche d’importants contrats et se fait un nom dans le milieu.

Pour mieux se relever

Malheureusement, la crise économique de 2008 impacte petit à petit tous les secteurs d’activité. Le monde de la consultance n’est quant à lui touché qu’en 2013, soit plus de 4 ans après la création de la société.

Cette vague d’incidence dans le milieu n’épargne pas F’usness qui se voit perdre ses contrats historiques et se retrouve dans l’obligation de se séparer de tous ses employés.

Michael Godfriaux et son associé décident alors de se recentrer sur leurs activités freelances pendant quelques années.

Etant dans une phase exponentielle quelques mois auparavant, F’usness avait fait plusieurs appels de fonds qu’ils se devaient aujourd’hui de rembourser. Même dans cette phase difficile, les deux hommes restent debout et continuent à croire en leur projet. Ils réfléchissent alors à comment sauver la situation tout en continuant à travailler chacun de leur côté.

« C’est là qu’en tant qu’entrepreneur, on apprend beaucoup. Mon associé et moi-même avons vécu ce que beaucoup d’entrepreneurs connaissent, une phase difficile. On apprend d’abord à rembourser tout ce qui a été mis en place. Et puis on apprend à relativiser et puis vient la résilience puisque mon associé et moi ne nous sommes pas payés pendant plus de 3 ans. »

L’amorce du changement

Arrivé en 2018, Michael Godfriaux et son associé décident de revoir complètement la stratégie de F’usness en se repositionnant dans la partie digitale marketing et accompagnement stratégique.

« Même si cela a déjà changé aujourd’hui, c’était une bonne chose qui nous a permis de rebondir et gagner quelques offres. Nous avons ainsi pu mieux nous repositionner par la suite. »

En parallèle, les deux associés s’occupent également d’une agence de mode depuis 2012. Au même moment, ils décident d’un commun accord de cesser cette activité après plus de 5 ans pour se consacrer pleinement à la nouvelle direction abordée par F’usness.

C’est ainsi que vers la fin de l’année 2019, l’offre se porte plutôt bien mais coup du sort, Michael se voit ralenti dans son activité professionnelle à la suite d’un problème personnel.

Il revient au-devant de sa société début mars 2020 prêt à faire développer au maximum ce nouveau positionnement. Malheureusement, cette date annonce également le premier confinement et les débuts de la crise du Covid.

« Notre offre était devenu assez difficile à reprendre. Finalement, nous avons décidé de nous repositionner une nouvelle fois. Nous avons donc aujourd’hui des activités de consultance, d’accompagnement managériale et de marketing de société de type scale-up et grand groupe. »

Un nouveau départ

Aujourd’hui F’usness a décidé de se concentrer principalement dans l’accompagnement de sortie de crise des scale-up et grands groupes.

L’objectif principal de Michael Godfriaux et de son associé est donc de pouvoir bénéficier de toute leur expérience managériale, entrepreneuriale et de consultance pour relancer la société.

« Dans un premier temps, on voudrait s’entourer de consultants indépendants pour pouvoir proposer des offres d’accompagnement à la fois de sortie de crise et de gestion, de résilience ainsi que de toutes les problématiques auxquelles peut faire face une société de façon inattendue. »

En parallèle, F’usness proposera également des conférences autour de la résilience, du développement personnel dans les entreprises, du bien-être au travail et de la tendance hapiness officer revue et corrigée après la période du Covid.

« Le but est surtout d’avoir une offre cohérente avec les réalités de l’entreprise. Il s’agira d’une offre complète et aussi personnelle pour les dirigeants d’entreprise. Nous proposerons également une partie accompagnement, coaching et prise de confiance en soi. »

F’usness reste pour l’instant, une petite société familiale composée de Michael Godfriaux, sa compagne, photographe de profession, et son associé. Mais l’entreprise a pour objectif de se redynamiser pour se voir grandir à nouveau.

Les perspectives d’avenir

L’avenir de F’usness, Michael Godfriaux le voit en grand. Le but principal est de développer l’offre actuelle et pouvoir engager des employés dans un futur proche.

Cependant, l’entrepreneur ne souhaite pas renoncer à sa casquette d’employé pour autant.

« Je pense qu’il y a de la diversité qui est importante des deux côtés. Je ne veux pas avoir uniquement le statut d’employé ni uniquement le statut d’indépendant. J’aimerais pouvoir me développer tout en gardant mes deux casquettes. »

Dans 5 ans, Michael a pour but de pouvoir compter une trentaine de contrats d’accompagnement en entreprise parmi celles-ci des scale-up et des grands groupes.

Quant au côté conférence, l’objectif final des deux associés serait de mettre au point un tour conférence reconnu.

« L’offre se veut orienter marché francophone. Notre objectif est de nous développer en France, en Belgique et Luxembourg et plus tard en Suisse. Le but serait de dynamiser l’offre grâce au conférence tour. »

Pour Michael Godfriaux, il s’agit, avant tout, d’apprendre aux dirigeants d’entreprise de pouvoir faire face aux difficultés et gérer aux mieux leur société.

« Gérer une entreprise qu’elle soit grande, petite ou moyenne, c’est comme gérer une famille. Il y a des tensions, des personnalités différentes, des objectifs poursuivis différents. Mais l’objectif c’est d’amener tout le monde vers le même but tout en respectant tous ces aspects. »

Finalement, c’est ainsi que le CEO voit la gestion d’entreprise et c’est aussi le message qu’il souhaite transmettre au travers de ses accompagnements et de ses conférences.

 

Pour faire face à autant de défis et de périodes difficiles, il était impératif pour Michael d’être correctement épaulé par son cabinet comptable. Pour cette tâche, il a donc fait appel à ODB.

« ODB fait partie du cadre qui nous a permis de gagner le challenge contre la crise. J’ai poussé la porte d’ODB à une période où on était en difficulté. Ma comptable de l’époque n’était pas dimensionnée pour vivre cette crise. J’ai rencontré Olivier Bottequin et nous avons tout de suite sympathisé. J’ai fait la connaissance de plusieurs autres collaborateurs depuis et je reste très satisfait de leur travail. »

Vous souhaitez avoir l’esprit libre pour consacrer toute votre énergie à bâtir ou développer votre entreprise ? Les experts d’ODB sont vos alliés pour affronter l’économie en mouvement dans laquelle nous vivons.🚀

Contactez-nous maintenant :

Par l’envoi de notre formulaire de contact, vous nous accordez le droit de stocker vos informations personnelles dans la base de données de ODB. Ces informations ne seront utilisées que pour répondre aux demandes que vous avez exprimées dans notre formulaire de contact et pour vous envoyer nos newsletters. Aucune information à votre sujet ne sera divulguée à un tiers. Vous aurez toujours la possibilité de vous désinscrire de notre liste d’emailing en sélectionnant l’option « se désinscrire » disponible en bas de newsletter.